PERMACULTURE A L'ECOLE

OBJECTIF

Transmettre aux enfants et aux jeunes en général le sens de l’interdépendance entre l’homme et la nature, ainsi que la nature circulaire des écosystèmes.

Acquérir des connaissances sur les techniques agricoles de base.     

Expérimenter concrètement l’agriculture en synergie, les associations bénéfiques entre les plantes, et l’importance des insectes dans le jardin.

Développer une conscience authentique et écologique.

Réfléchir sur l’autoproduction de nourriture.

DEROULEMENT D'UNE JOURNEE

  • Venue sur le terrain de la classe.

  • Mise en place du projet (théorie)

  • Préparation des outils

  • Réalisation des travaux selon plan défini

  • Repas de midi sur place (pique-Nique)

  • Suite des travaux pratiques

  • Arrosage des plants et semis

  • Rangement des outils

  • Retour à l'école

MATERIAUX

Un endroit avec de la terre (terrain) dans la cour de l’école  ou sur un terrain communale, où il est possible de cultiver des légumes.

Pour réaliser le jardin​

  • point d’eau proche du jardin

  • Paille pour couvrir le sol

  • Plants et fleurs

  • Outils de jardinage (pelle, râteaux,..)

  • Gants et vêtements appropriés

Pour réaliser les semis

  • Une pièce ensoleillée, où on peut laisser pousser les plants

  • Récipients divers ou pots

  • Possibilité de recycler des objets et de les utiliser comme pots pour les plants

  • Graines

  • Terreau/terre

IMPLEMENTATION

Etapes par étapes      

Créer un jardin en synergie dans une école demande plusieurs étapes pour que les élèves/étudiants comprennent les principes de la permaculture. Les techniques de jardinage en synergie exigent des matériaux spécifiques ainsi qu’une connaissance des plantes et des techniques à suivre. On peut contacter des experts de la région, ou un/des fermier(s) utilisant ces techniques, et leur demander d’aider les enseignants pour expliquer et réaliser les différentes activités nécessaires

Si vous êtes un enseignant en matières scientifiques, c’est une bonne occasion pour  connecter l’activité au jardin avec le programme scolaire, pour avoir à la fois les aspects théoriques et pratiques de la matière étudiée.

Les activités peuvent être organisées durant plusieurs rencontres avec les élèves. Tout dépend de l’enseignant, des exigences de l’école, du programme scolaire, de la disponibilité des intervenants extérieurs etc…

Les sessions peuvent durer de 1 à 3 heures. On peut copier les différentes sessions et les adapter aux différentes classes.

Une leçon théorique dans la classe (1 à 2 heures)

Initialement, comme introduction aux principes de la permaculture, la première rencontre avec la classe doit être organisée en tant que leçon théorique, où les élèves /étudiants peuvent comprendre l’idée du projet. Tout le monde ne sait pas ce qu’est la permaculture, ni un jardin en synergie. Pour cette première leçon il peut être utile d’amener des photos  ou une vidéo montrant un tel jardin.

Comme  première approche à la permaculture il est important de souligner :

- un écosystème ne génère pas de déchets : le déchet d’une espèce est la nourriture d’une autre espèce.

- les matériaux circulent dans la « toile de la vie »

- l’énergie utilisée par les cycles écologiques vient uniquement du soleil

- la vie, depuis ses origines il y a plus de 3 milliards d’années, ne s’est pas répandue sur la planète grâce au conflit, mais grâce à la collaboration et la formation de réseau d’éléments.

- la diversité des espèces permet la résilience d’un système

Définition de la résilience/d’un système résilient : en écologie, la résilience est la capacité d’un écosystème à répondre à une perturbation ou une modification, en s’adaptant aux préjudices et en se relevant rapidement. Les perturbations peuvent inclure des évènements rares tels que des incendies, des inondations, des tempêtes, des invasions d’insectes, des activités humaines comme la déforestation et l’introduction d’espèces animales et/ou végétales exotiques.

On peut facilement faire comprendre le principe de permaculture en utilisant un exemple simple pour les élèves /étudiants.

Les principes de permaculture s’inspirent de la nature et de ses fonctionnements. On peut prendre l’exemple de la forêt : le sol de la forêt est couvert de feuilles, il n’est pas travaillé par l’homme  et les éléments de l’écosystème  se soutiennent mutuellement. Avec cette image reconnaissable, les élèves/étudiants peuvent commencer à comprendre pourquoi on utilise la paille pour couvrir le sol, et pourquoi c’est utile d’associer différentes variétés de végétaux.

La deuxième étape est l’observation de la terre du jardin. Cet exercice est le premier stade de compréhension des constituants du sol et de l’importance de cette première couche, car c’est là où sont tous les éléments nutritifs.

Prenez de la terre à 3 points différents dans l’endroit où sera créé le jardin, et mettez-la dans 3 bocaux transparents différents. Ajouter de l’eau et attendez un moment.

Il est alors intéressant et instructif de voir comment les différents éléments présents dans le sol se séparent les uns des autres, grâce à l’eau.

Avec les élèves/étudiants, observez les bocaux  pour savoir si la terre est bonne à cultiver. Si la première couche est substantielle, cela veut dire que la terre est bonne et riche en humus. Si elle ne l’est pas, cela n’a pas d’importance : grâce aux techniques en synergie que vous allez utiliser, dans 2 ou 3 ans le sol sera enrichi par le compost.

La troisième étape peut être un jeu appelé « la Toile de la Vie ».Cet exercice montre l’importance des interconnections du système naturel et l’attention à donner à chacun des éléments, même si celui-ci ne parait pas important au premier abord.

Préparer le sol

Cette session se passe dehors, pour préparer le jardin à la culture.

Avec l’aide des enseignants, des parents et autres personnes impliquées dans le projet, commencez le travail de préparation du sol en le binant. Avec les outils appropriés, dégagez les plantes sauvages, mais ne les jetez pas car elles seront utilisées pour faire du compost.

Il est préférable de commencer à préparer le sol avant l’arrivée des élèves/étudiants. Ils peuvent ainsi participer au dernier stade du travail et apprécier le résultat final. Essayez de diviser le groupe en sous-groupes et donnez-leur de bons outils. Assurez-vous que chacun a l’opportunité de biner le sol.

Pendant le binage, vous trouverez peut-être des  « petites bêtes », comme des vers-de-terre. Si c’est le cas, expliquez aux élèves/étudiants que ces derniers sont importants, en rappelant les leçons théoriques de la première rencontre, l’importance de cette première couche du sol où les petites bêtes participent à l’échange symbiotique avec le sol, les plantes et  l’environnement en général.

Réaliser les planches à semis et le semis

Trouvez une classe ensoleillée, celle des élèves du projet ou une autre, sachant que les planches à semis doivent rester au même endroit pendant toute la période de germination.

Préparer la pièce en posant sur chaque table un sac de terreau, quelques récipients ou pots, les graines des légumes ou plants que vous voulez cultiver au jardin,  des morceaux de papier, et  des crayons de couleur.

Présentez à la classe ce que vous voulez faire, montrez aux élèves comment semer les graines afin qu’ils puissent ensuite répéter le geste d’une manière autonome.

Expliquez brièvement les différents moyens de reproduction des plantes :

  • la graine: petit embryon de plante protégé par une enveloppe, avec en général un peu de nourriture en stock (salade, courgette, tomates, chou-fleur, etc. 

  • le bulbe : tige modifiée avec un court pédoncule charnu, couvert par d’épaisses feuilles qui protègent un bourgeon pour la prochaine saison.

  • le tubercule : différents types de structure de plante modifiée, renflées pour stocker les nutriments. Le tubercule est utilisé par les plantes pour survivre à l’hiver ou la période sèche, fournir de l’énergie et les nutriments nécessaires à la repousse de la saison suivante ; c’est aussi un moyen de reproduction asexuée. Il y a des tubercules tige et des tubercules racines (pomme de terre et certains types de fleurs.

Une fois semées dans les pots, écrivez et/ou dessinez sur les morceaux de papier le nom des graines, pour pouvoir mieux les reconnaître plus tard.

Butte et système d’irrigation

Créez les buttes avec de la terre et délimitez les lignes où seront plantés les semis. Il est important de garder de l’espace où déambuler à l’intérieur du jardin et pour être à l’aise lors de la récolte sans marcher sur la terre entourant les plants. La largeur de l’allée doit être deux fois la longueur du bras d’un élève/étudiant. Pendant cette réalisation, évitez le plus possible de piétiner le sol : moins le sol est travaillé, mieux ce sera.

Après avoir décidé de la forme du jardin et construit les buttes, installez et fixez le goutte-à-goutte.
Puis répartissez la paille, sur les buttes et dans les allées. Tout le sol doit être couvert.

Plantation

Quand les semis ont atteint environ 15 cm de hauteur, il est temps de les planter !

A l’aide de la méthode des plantes compagnes (différentes plantes « amies » sont mises les unes à coté des autres), les élèves/étudiants peuvent prendre plaisir à la plantation et décider où planter les unes et les autres. Il y a ici la possibilité de faire prendre forme au jardin, en suivant les lignes de plantation de la butte.

La maintenance

L’irrigation doit se faire tous les deux ou trois jours, selon le temps  et la pluie. D’abord, testez l’humidité du sol à chaque fois, en mettant un doigt dans la terre.

Pour continuer le travail avec la classe vous pouvez créer un groupe responsable de l’irrigation. A l’aide d’un poster sur le mur, les élèves peuvent écrire leur nom et choisir le jour dont ils seront responsables.

EVALUATION

L’évaluation est cruciale pour cette réalisation, et il est possible d’évaluer les connaissances et compétences acquises par le groupe grâce aux différentes activités.
L’enseignant qui décide de lier le programme scolaire aux activités de jardinage peut créer un test pour la classe.

Evaluation intermédiaire

Après chaque rencontre et activité vous pouvez faire une évaluation simple et facile avec le groupe en utilisant le document «  Aujourd’hui j’ai appris (à)…. ».

Proposez aux élèves/étudiants de se mettre en cercle. Donnez leur ce document et demandez-leur de réfléchir sur l’activité qu’ils viennent de terminer.

Le groupe peut partager la réflexion, et remplir le document unanimement, ou bien chacun garde une copie du document pour le remplir individuellement.

Il est possible d’utiliser ce document à la fin de chaque activité, en prenant un document vierge à chaque fois.

Evaluation finale

Faites une évaluation finale avec la classe à la fin du projet, en utilisant une méthodologie active et créatrice. Il est utile de se souvenir de ce qu’ont appris les élèves et de le partager tous ensemble.

Imprimez quelques photos des différentes étapes et activités que vous avez organisées au jardin. Demandez à chaque élève/étudiant de tirer une ou deux photos au hasard. Puis demandez-leur de créer une ligne avec ces photos, en les mettant en ordre dans le temps [pour cela, on peut tendre une ficelle d’un mur à l’autre de la pièce, et les élèves accrochent leur(s) photo(s) au bon endroit avec une pince à linge].

Puis séparez la classe en 3 ou 4 groupes (selon le nombre de photos), et demandez à chaque groupe de créer un poster pour montrer une des étapes et l’expliquer par écrit.

Donnez le temps d’être créatif, d’écrire et dessiner ce dont ils se souviennent. L’enseignant ou l’expert peut les aider à se rappeler les étapes et le contenu de chaque rencontre.

Quand ils ont fini, demandez à chaque groupe de présenter le poster à toute la classe.

Please reload

© 2018 par ACU

Ch. de Blanchards - 1233 Bernex - Genève/Suisse   +41(0)79 269 28 29